stop-loss-ceinture-securite

Faut-il mettre un stop loss ? (Oui…mais)

Faut-il mettre un stop loss ? Tout investisseur particulier / trader en herbe s’est forcément posé cette question à un moment ou à un autre.

Entre ceux qui n’imaginent pas investir sur les marchés financiers sans stop loss et ses pourfendeurs qui pointent du doigt les fameux « stop hunts » et la stratégie mise en place par les brokers pour générer des transactions (et donc des commissions) supplémentaires, difficile d’y voir clair.

C’est donc l’occasion pour moi de faire le point sur cette question, et partager mes opinions et la façon dont j’utilise (ou pas, pas de spoil) le stop loss sur mes positions en bourse.

Faut-il mettre un stop loss ? Mais à quoi ça sert déjà… ?

Commençons avec le commencement : avant de savoir s’il faut ou pas utiliser le stop loss, commençons déjà par définir celui-ci.

Un stop loss, comme son nom l’indique est un type d’ordre que vous donnez à votre courtier afin qu’il liquide vos positions si le cours de tel actif atteint telle valeur.

Exemple : vous acheter l’action X à 100€ avec pour objectif qu’elle prenne de la valeur, mais vous décidez de vous en séparer AUTOMATIQUEMENT si jamais le cours de celle-ci atteinte 90€ par exemple.

Bien sur cette valeur de 90€ ne doit pas être choisie au hasard ou via des critères théoriques comme un pourcentage de perte par exemple.

Le stop loss doit (si on veut l’utiliser correctement) correspondre à des niveaux identifiés via de l’analyse technique des cours.

Doit également être prise en compte la volatilité du marché dans son ensemble à un instant T mais également et surtout la volatilité du titre que vous achetez.

Si par exemple cette même action X fait des variations de 2 à 3% tous les jours et que vous posez votre stop loss à 3%, vous faites une mauvaise utilisation de celui-ci car ces variations sont « normales » et ne signifie pas qu’il faut liquider sa position.

Je ne rentrerai pas dans le détail et dans la meilleure façon de positionner un stop loss ici car ce n’est pas l’objet de cet article (un dédié arrivera bientôt) mais il m’apparaît important de bien prendre en compte qu’un stop loss n’est en aucun cas une garantie contre la perte.

Le Stop loss n’est pas une garantie

Car si le stop loss est un outil indispensable pour l’investisseur particulier, le risque est de considérer que le stop loss est une garantie contre la perte ou plutot contre son ampleur.

En gros, si je définis que mon risque maximum est de 100€ sur une prise de position, je ne peux pas perdre plus. Si ?

Réponse : Non, le stop loss n’est absolument pas une garantie de ne perdre que 100€ au maximum.

Voici pourquoi :

Gap baissier = danger

Premier cas, à la fois le plus évident et aussi le plus dangereux, celui du gap baissier.

Si vous n’êtes pas familier avec la notion de gap, il s’agit d’un trou de cotation (d’ou le nom, gap voulant dire « écart » en anglais) entre le cours de cloture et le cours d’ouverture le lendemain.

Exemple : Vous prenez une position sur une action X à 155€ avec une perte maximale de 100€ via un stop loss positionné à 154€ (1R)

L’action X clôture à 154,80€ à 17h45 puis suite à une mauvaise nouvelle (publication de résultats, news, géopolitique…) elle rouvre le lendemain à un cours de 153€

gap-baissier-stop-loss

Dans ce cas votre perte ne sera pas de 100€ mais de 200€ (2R) car votre stop loss sera exécuté au prix d’ouverture et non au prix ou vous l’avez défini.

On voit bien que dans ce cas de figure, le stop loss coupe certes vos pertes mais à un niveau très différent de celui que vous avez défini et potentiellement beaucoup plus.

Mon exemple ici à 2R est un exemple assez optimiste, les trous de cotation peuvent être beaucoup plus violents que cela.

Faut-il mettre un stop loss quand même ?

Oui mais en supposant un money management global et non uniquement basé sur le stop loss (pas de prise de position avant une annonce de résultats par exemple)

A noter que ce risque disparaît pour les actifs cotés 7/24 comme le bitcoin par exemple vu qu’il ne peut y avoir de gap (sauf sur le CME mais celui-ci est réservé aux institutionnels qui n’ont pas besoin de lire cet article)

Risque de Slippage

Qu’est ce que le slippage ? La aussi un anglicisme (bienvenue dans le monde du trading) qui décrit un « glissement » ou un « dérapage ».

slippage-glisse

Concrètement, il y a tellement d’ordres au même moment que votre courtier n’arrive pas à exécuter votre ordre au prix demandé.

En bourse, les prix des ordres ne sont jamais garantis : quand vous demandez une execution à tel prix, vous ne faites que demander et cela n’engage en rien votre courtier.

Bien sur, c’est son rôle que d’executer votre ordre au prix demandé et il fera de son mieux, mais il faut bien comprendre que quand la volatilité arrive, votre courtier ne peut faire de miracles.

Le slippage arrive en général de cette façon :

  1. Une mauvaise news tombe sur l’action X
  2. tout le monde veut sortir au même moment
  3. Des millions d’ordres arrivent au même moment
  4. Les serveurs sont saturés et ont du mal à passer les ordres
  5. Vous finissez par être exécuté à un prix plus bas que votre stop loss

Faut-il mettre un stop loss malgré le risque de slippage ? Oui car si slippage il y a c’est qu’il y a une forte volatilité et il est probable que l’action aille bien plus bas que votre niveau de sortie.

Mais au final, vous n’aurez pas perdu 1R mais potentiellement 1,2 ou 1,5 R selon les cas.

Bien sur cela dépend aussi du type de trading effectué, le slippage est beaucoup plus présent et violent pour quelqu’un qui fait du scalping en passant des ordres en minutes qu’avec un swing trader.

Dysfonctionnements techniques

Dernier cas, certes en théorie moins fréquent que les deux autres mais qui arrive malheureusement encore fréquemment (une à deux fois par mois me concernant chez Binck) : le cas des bugs et dysfonctionnements techniques.

Si vous investissez en bourse de façon un tant soit peu sérieuse, vous devez utiliser un programme graphique comme Prorealtime ou Tradingview qui met à disposition des outils d’analyse et de traçage facilitant grandement l’analyse.

Il permettent aussi, quand ils sont reliés à un broker (Prorealtime avec Binck dans mon cas) de passer directement des ordre depuis les graphiques.

prorealtime-mettre-stop-loss

C’est tout bonnement indispensable et ça fonctionne très bien 90% du temps, mais quand vous êtes investisseur actif, 10% des cas c’est plusieurs trades par mois.

Il se peut par exemple que votre stop loss soit tout simplement « zappé » par le courtier, il se peut que l’application plante au moment de lancer l’ordre, que le flux d’information ait du retard, bref…

Bien souvent dans ce cas vous finissez avec le SAV au téléphone qui vous renvoie vers le SAV du programme graphique, qui se défausse sur le broker et tout ce beau monde se renvoie la balle pendant que vos pertes s’accumulent.

Encore une fois, c’est du vécu et mon courtier n’est pas le seul à en souffrir, il y a des soucis de ce type partout et si vous prenez des positions souvent, vous ne pourrez y échapper.

Donc là aussi, un bug technique au mauvais moment et c’est une perte maximale qui s’envole, du stress, de la frustration…

…Et l’impression de se faire tout bonnement voler, certains vont même jusqu’à jouer les complotistes avec le fameux « à qui profite le crime ? » (je n’y crois pas)

Faut-il mettre un stop loss sur ses positions ?

Avec tous ces cas, vous allez finir par vous dire que le stop loss ne sert à rien, que cela ne protége pas vraiment et qu’il vaut mieux ne pas en mettre.

Alors connaissant tous ces aspects, faut-il mettre un stop loss quand même ?

La réponse est sans équivoque : Oui. Mais…

Le money management ne se limite pas au stop loss

J’aimerai trouver un chemin d’équilibre entre tous ceux qui tiennent des positions très tranchées sur le sujet.

Il y a un juste milieu entre d’un coté :

  • Le stop loss ne sert à rien
  • Le stop loss est une arnaque montée par les courtiers pour récupérer des comissions
  • Le stop loss mental c’est mieux que le stop loss en dur

Et de l’autre :

  • Le stop loss est une garantie de perte maximale
  • Pas de trade sans stop loss
  • Mon money management = mettre un stop loss

Le Stop loss et la réalité du trading

La réalité c’est qu’il faut mettre un stop loss dans 99% des cas, sauf en cas de titre hyper volatile, sur une position très court terme et que vous restez devant l’écran.

La réalité c’est que la plupart des reproches que l’on fait au stop loss viennent plutôt de la façon de le positionner et de la psychologie.

Faut-il mettre un stop loss malgré les risques de slippage, de gap ou de bugs techniques ? Absolument, à condition de garder quelque chose en tête :

Le money management ne se limite pas au stop loss

  • Gérer ses pertes maximales c’est être conscient des limites du stop loss et de les corriger par d’autres moyens :
  • Quand on prend une position la veille d’annonce de résultats on prend le risque de se prendre un gros gap baissier
  • Quand on passe 20 trades par jour on augmente la probabilité de bugs et dysfonctionnements
  • Quand on trade des actifs peu liquides on s’expose à des gaps intraday !
  • Quand on trade des actifs très volatils on s’expose au slippage
  • Etc…

Conclusion : faut-il mettre un stop loss ?

Pour résumer avec une métaphore, je dirai qu’un stop loss c’est l’équivalent d’une ceinture de sécurité dans une voiture.

Si votre seule action de risk management en voiture consiste à mettre votre ceinture puis de rouler comme un dingue à contre sens ou à foncer dans des murs, vous finirez par vous tuer même avec une ceinture.

Par contre avoir un comportement global sain, équilibré et disposer d’une ceinture de sécurité en cas d’accident est une excellente chose.

Est-ce que la ceinture de sécurité sauve systématiquement celui qui la porte? Non.

Est-ce que la mortalité sur les routes baisse grâce à la ceinture de sécurité ? Absolument.

Le stop loss est votre ceinture de sécurité : ce n’est pas parce que vous l’avez qu’il faut faire n’importe quoi !

2 commentaires sur “Faut-il mettre un stop loss ? (Oui…mais)

    1. Bonjour Philippe,
      Les brokers mettent souvent en place un ordre du type « stop » ou « limite stop ». En réalité un stop loss est simplement un ordre limite de vente à un prix donné (inférieur au cours actuel) et correspond au comportement d’un ordre limite, à savoir : si le cours atteint telle valeur, faire X ou Y. En l’occurence, il s’agit ici de vendre vos positions si le cours atteint la valeur que vous définissez.

      merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *