gerer-ses-pertes-bourse

Gérer ses pertes en bourse : 8 conseils à effet immédiat

Gérer ses pertes fait partie des outils indispensables qu’un investisseur se doit d’avoir s’il veut réussir en bourse ou sur les marchés financiers en général.

A l’heure ou je rédige ces lignes, le Nasdaq 100 perd plus de 12% depuis son plus haut suite à la remontée des taux et cela m’a convaincu de rédiger un article sur le sujet afin de partager avec vous mon expérience sur le sujet.

Comme vous le savez si vous me suivez sur le blog ou sur twitter, je suis moi-même concerné par cette problématique comme tous les investisseurs car comme je l’écrivais en début d’année, je suis très exposé aux valeurs dites de croissance (Growth) et donc forcément aux marchés US.

Je n’ai évidemment pas la prétention de tout savoir ou d’avoir une recette miracle, simplement l’envie de partager ma façon de gérer mes pertes dans des périodes comme celle-ci.

Comme pour beaucoup de choses dans la vie, il n’y a pas UNE mais PLUSIEURS façons de voir les choses, plusieurs façons de faire qui a chacune ses avantages et inconvénients et un niveau de risque différent.

Gérer ses pertes en bourse : un challenge difficile

S’il y a plusieurs façons valides de voir les choses, c’est avant tout car la bonne stratégie pour gérer ses pertes dépend des horizons d’investissement et donc du profil des investisseurs.

Mais au final, que vous soyez scalpeur sur le DAX ou le Forex ou investisseur très long terme, vous devez si vous avez envie de réussir vos investissements sur les marchés financiers être outillé pour gérer ces périodes inévitables.

gerer-ses-pertes

Les marchés financiers, quels qu’ils soient sont ainsi faits : une bonne partie du temps les marchés sont incertains et le combat entre Bear et Bulls fait rage ce qui donne des marchés hésitants, en range.

Puis une partie prend l’avantage sur l’autre et on se retrouve avec un marché directionnel qui va dans votre sens… ou à son encontre !

Les investisseurs expérimentés le savent, gérer ses pertes durant ces moments est crucial pour votre performance et conditionne grandement vos résultats au final.

Pourtant si tout le monde est d’accord là dessus, il faut se rendre à l’évidence : gérer ses pertes en bourse est l’une des choses les plus difficiles à faire en investissement à cause de l’impact psychologique.

La psychologie, nerf de la guerre

Armés de nos feuilles Excel, rapports et graphiques surchargés d’indicateurs techniques, l’investisseur aime à se penser comme rationnel et objectif, prenant ses décisions uniquement sur des faits chiffrés.

Pourtant, dès que les pertes s’accumulent et que les scénarios anticipés s’écroulent les uns après les autres, le cerveau reptilien responsable des émotions prend le dessus sur le cortex préfrontal et vient perturber l’analyse et le bon déroulement du plan.

Nous sommes ainsi faits biologiquement, la survie de l’espèce en dépend et les émotions comme la peur et le stress sont bien plus forts que le reste afin de prendre le dessus en cas d’urgence vitale.

Si cela nous a permis de survivre face aux prédateurs, ce mécanisme biologique est totalement inadapté aux marchés financiers et pousse l’investisseur à gérer ses pertes d’une très mauvaise façon.

gerer-ses-pertes-emotions

Voici donc mes quelques conseils, techniques, stratégies, appelez ça comme vous voulez pour gérer ses pertes de façon rationnelle et se donner les outils pour survivre à ses périodes de doute.

Accepter les règles du jeu

La première règle basique qui me vient à l’esprit quand il s’agit de gérer ses pertes en bourse est de se rappeler les règles du jeu de l’investissement.

gerer-ses-pertes-hold

Si vous êtes trader ou investisseur, vous jouez à un jeu qui a des règles et la première d’entre elles est que le marché est ainsi fait de hauts et de bas.

Que vous le vouliez ou non, que vous soyez d’accord ou pas c’est comme ça, point, ce sont les conditions générales de vente de l’investissement !

Soit vous acceptez et vous cochez la petite case « j’accepte les conditions générales d’utilisation » soit vous ne validez pas le formulaire et faites autre chose !

CGV

Dites-vous également que ces périodes de baisse sont en réalité une chance pour deux raisons :

  • Si les marchés montaient en permanence tout le monde serait investisseur
  • Si les marchés baissent cela vous permet d’obtenir de meilleurs prix

Sans les creux de marchés, il n’y a pas de vendeurs, pas de bonnes affaires et pas d’opportunité ni d’intérêts au marchés, acceptez-le et faites en une force !

Savoir ne rien faire

Parfois gérer ses pertes c’est tout simplement éviter d’en créer des nouvelles en prenant de nouvelles positions souvent à contre tendance et donc avec une probabilité de gain faible (même si le gain potentiel est plus élevé)

Rien ne vous oblige à suivre tous les mouvements du marché et à passer short après la cassure d’un support, toutes les études lues sur le sujet tendent à montrer que plus un investisseur est actif, moins il performe.

Et encore pire en période de stress du aux pertes, le pire étant de vouloir « se refaire » tel un joueur de casino, l’investissement n’est pas un jeu, c’est la chose la plus sérieuse du monde.

Bon peut-être pas aussi sérieuse qu’une opération du cœur mais c’est tout sauf un jeu en tout cas !

Lever le pied, éteindre ses écrans et se vider l’esprit avec des activités relaxantes ou enrichissantes est une bonne façon de vous déconnecter de la morosité et aussi de prendre du recul.

En investissement, selon mon expérience personnelle et même si je sais que cela est très difficile à entendre : la meilleure action possible est souvent l’inaction.

dalai-lama-zen
Il ferait un excellent investisseur le Dalai lama.

Fallait-il bazarder ses titres US pendant la crise du COVID parce que tout allait s’effondrer ? Non.

Fallait-il vendre ses bitcoins quand celui-ci est passé de $20000 à $3500 en 2018 ? Certainement pas.

Bitcoin-bearmarket-bullmarket-2021
Bitcoin de 2018 à 2021 : 85% de draw down puis 1700% d’upside

Bien sur, je ne dis pas qu’il faut s’accrocher à vos titres baissiers loin de là mais reconnaissez que celui qui vendait ses BTC début 2019 aura fait une bien bien bien mauvaise affaire.

Alors bien sur, certains vous diront qu’il faut vendre le top et acheter le Bottom, vous profiterez pour leur demander les prochains chiffres du loto puisqu’ils savent lire l’avenir et prédire les points hauts et bas !

Timer le marché, c’est comme l’a démontré l’étude du Pr Kenneth French une illusion qui peut donner de bons résultats par hasard mais finira par limiter vos performances voir par vous ruiner.

Ne pas se laisser influencer

Enfin un dernier mot sur l’aspect psychologique, l’influence que l’on peut subir des autres, qu’ils pense comme ou contre vous.

Il y a des chances si vous êtes investisseur que vous fassiez cela car vous aimer être maitre à bord et ne pas dépendre des décisions des autres, au contraire vous aimez être seul responsable de vos actes.

L’investissement permet de le faire, mais gérer ses pertes avec twitter ouvert en permanence c’est là aussi la quasi certitude d’échouer.

Personne ne sait ce qui va se passer, ni Warren Buffet ni moi, ni n’importe quel analyste / influenceur ni un politique (bon peut être que Jérôme Powell sait lui, mais c’est le seul!)

jerome-powell-christine-lagarde
Si vous avez l’un de ces 2 sur vos contacts n’hésitez pas à demander par contre

Raisonnez par vous même et assumez, cela est tellement plus satisfaisant que de suivre ce que dit machin ou machin, vous devez déjà mettre en sourdine votre cerveau reptilien, alors écouter celui des autres…

Gérer ses pertes via l’analyse

Ne pas prendre d’action est souvent la bonne action à faire mais gérer ses pertes en bourse ne consiste pas seulement à rester assis sans rien faire bien sur.

Il faut engager un travail d’analyse qui vous permettra de savoir si vous êtes toujours dans un contexte favorable, que vos hypothèses d’investissement sont toujours valable ou qu’au contraire votre plan est erroné et qu’il faut savoir se couper un doigt plutôt que la main.

Prendre du recul

Première chose à faire pour gérer ses pertes sur les marchés financiers c’est de prendre du recul, dézoomer et avoir une vue d’ensemble de ce qui se passe.

Nous sommes par exemple en pleine correction du Nasdaq début mars 2021 : 12% de pertes ce n’est pas rien dans l’absolu mais faut-il pour autant vendre ses titres Apple, Tesla et Amazon pour se jeter sur de la value comme ADP, Airbus ou Société Générale ?

Nasdaq-100-2021-correction

Ok, le Nasdaq a perdu 12% mais cela reste une correction tout à fait normale pour un indice qui a gagné 109% depuis mars 2020 et qui est bien loin du premier niveau de retracement de fibonacci de 38%.

On n’a donc (ça n’engage que moi) ni une rotation sectorielle de longue durée ni un signal vendeur, simplement une reprise de souffle pour des titres montés très haut, très vite.

Bien sur, plus un titre est volatile qu’il présente un upside élevé plus la correction sera forte également.

L’analyse technique

L’analyse technique peut aider l’investisseur à gérer ses pertes en identifiant des niveaux clés qui signaleraient une rupture forte de la tendance de fond.

Pour reprendre l’exemple du Nasdaq, tant que celui-ci ne dément pas la théorie de John Dow (plus hauts et bas de + en + hauts) en l’occurrence casser les 10600 / 10300 points, il reste en tendance haussière.

Bien sur, c’est très bas par rapport aux niveaux actuels et beaucoup d’investisseurs pressés, orgueilleux ou tout simplement plus court-termistes sortiront avant… au risque de se tromper.

C’est facile de sortir d’un titre mais jamais simple de reprendre le train en marche, il faut attendre des confirmations, des cassures de niveau et donc perdre une bonne partie du rebond.

L’illusion qu’on trouvera le point bas ou « juste au dessus » en rentrant à nouveau dès les premiers soubresauts est une stratégie perdante, cela a été prouvé à de nombreuses reprises par toute étude académique sérieuse.

Toujours est-il que si le titre rentre en tendance baissière, surtout après une longue et grande extension haussière, il sera alors rationnel de couper ses pertes car les probabilités seront de votre coté.

Bien sur, on peut se tromper mais gérer ses pertes en bourse ce n’est pas essayer de prédire l’avenir, c’est simplement prendre la meilleure décision à un instant T.

Etudier l’historique

Enfin, dernier outil utile pour gérer ses pertes sur son portefeuille c’est l’étude de l’historique.

Cela vous permet de savoir concrètement si la baisse que vous subissez est normale par rapport aux baisses précédentes.

Exemple, on définit de façon traditionnel de bearmarket toute correction qui atteint ou dépasse les -20% sur les marchés financiers.

Pourtant, si 20% sur un titre peu volatile c’est beaucoup, ça reste la correction type qu’a connu le Nasdaq 100 durant son bull market actuel débuté en mars 2009.

Si à chaque fois sous pretexte de gérer ses pertes l’investisseur sort du Nasdaq à 20%, frontière entre bull et bearmarket, il sort littéralement au point bas.

Lui qui pense donc sortir en haut et rentrer en bas fait en réalité l’inverse, car si vous sortez avec pertes d’un titre et que celui-ci rebondit dans la foulée, le déni et la frustration finiront de vous persuader de ne plus y toucher et donc de ne pas profiter de la hausse.

Et quand vous vous rendrez enfin compte de l’évidence (Breakout des plus hauts par exemple) et que vous reprenez position après avoir raté la hausse, le temps de la correction arrive…

Vous en voulez encore ?

Pire que le Nasdaq, le Bitcoin perd en moyenne entre 30% et 38% en plein dans sa tendance haussière, un double bearmarket en somme !

bticoin-baisses-historique

Vouloir gérer son risque en sortant et rentrant à chaque fois est impossible, et l’investisseur qui fait cela aura un rendement probablement très inférieur à celui qui a tout simplement laissé faire en surveillant de près mais sans action tant que cela ne le méritait pas.

Même pendant un bearmarket aussi violent que celui que peut connaitre Bitcoin (on parle de 85 à 90% de drawdown) je suis persuadé qu’il vaut mieux tenir et profiter à plein des hausses que de se croire plus malin que les autres et finir par être à l’envers.

En ce sens, mon expérience personnelle m’a prouvé que Peter Lynch a complétement raison sur le sujet :

peter-lynch-bearkmarket
Vous lisez l’anglais n’est-ce pas ?

Bref, gérer ses pertes sans étudier l’historique de l’actif qu’on possède en se basant uniquement sur un chiffre est la quasi garantie de se tromper, 10% sur le CAC c’est beaucoup, 20% sur le Nasdaq c’est normal, 60% sur le Bitcoin c’est presque rien !

Gérer son risque pour gérer ses pertes

Bien sur, il n’y a pas que l’analyse ou l’aspect psychologique qui permettent de gérer ses pertes en bourse, sur les cryptos ou tout marché financier, il y a également des instruments techniques.

Je ne mets pas l’accent dessus car je pense que si vous lisez l’article c’est que vous avez déjà des pertes sur des actifs que vous possédez déjà, or ces outils techniques sont surtout utiles avant et non pas après.

S’il est impossible (hors marché des options) de connaitre avec certitude sa perte maximale avant d’investir sur un actif, on peut tout de même grandement encadrer la chose via les outils décrits ci-dessous.

Adapter ses tailles de position

Comme on l’a vu précédemment, Bitcoin peut perdre 85% de sa valeur durant un bearmarket (marché baissier) avant de rebondir et d’aller beaucoup plus haut que son point de départ.

Cela veut dire que si vous investissez 100000€ sur du Bitcoin, vous risquez si votre timing n’a pas été bon (et il ne le sera pas) perdre jusqu’à 85000€ de moins value latentes.

Etes-vous à l’aise avec cela ? Est-ce que cela remet en cause l’éducation de vos enfants ou est-ce absorbable sans difficultés pour vous ?

Chaque investisseur est dans une situation qui lui est propre et c’est à chaque investisseur de prendre une taille de position en rapport avec ce qu’il est prêt à encaisser.

Bien sur on peut limiter les pertes avec d’autres instruments (voir plus bas) mais ce n’est ni évident ni performant.

Gérer ses pertes commence donc par gérer sa taille de position et son exposition à un actif plus ou moins volatile, plus celui-ci a du potentiel de gain plus il risque de vous causer de gros drawdowns, soyez-en conscients.

Utiliser un STOP LOSS

Le Stop loss est un outil très intéressant permettant de couper ses pertes au franchissement d’un seuil.

Le soucis avec le stop loss, c’est qu’il est malheureusement bien souvent mal utilisé et que beaucoup de gros calibres savent soit par information (Robinhood vend ses carnets d’ordres aux institutionnels…) soit par déduction sur les graphiques.

Le Stoploss est donc un outil à utiliser avec parcimonie et pas forcément sur les actifs très volatiles comme les cryptos car on se retrouve vite sorti sur un mèche aberrante avant d’aller plus haut.

XRP-stop-loss
Plusieurs mois de range, le support tient mais combien sont sortis sur la mèche basse?

Cependant, bien utilisé il peut permettre de gérer ses pertes de façon efficace et pertinente.

Pensez simplement à prendre des marges et à les positionner sur des niveaux ou votre hypothèse est clairement invalidée, par juste sous un support par exemple.

Pour en savoir plus lisez faut-il placer un stop loss ? et comment calculer un stop loss afin de vous aider à mieux appréhender le sujet !

Conclusion

Gérer ses pertes en bourse et sur les marchés financiers en général est difficile, très difficile même.

En tant qu’investisseur vous souhaitez améliorer vos performances et augmenter votre capital et vous vous retrouvez avec des moins-values parfois importantes alors que vous avez passé du temps et de l’énergie à essayer de bien faire.

Cela met l’investisseur dans une situation psychologique très compliquée, difficile et cela pousse beaucoup à faire des erreurs qu’il serait facile d’éviter la tête froide.

J’espère que les techniques et raisonnements que j’ai développé dans cet article vous auront aidé car gérer ses pertes n’est facile pour personne.

Si je dois résumer mes conseils en quelques points :

  • Accepter qu’il n’y a pas que des hausses, la baisse fait partie du jeu
  • Ne pas se laisser influencer par ses peurs ou celles des autres (réseaux sociaux)
  • Etudiez l’historique récent et ancien de votre actif, est-ce que la baisse est dans la norme ?
  • Adapter ses tailles de position et mettre des stops pour éviter de gérer ses pertes après coup !
  • Positivez, et profitez des prix bas pour vous renforcer si vous croyez dans l’actif que vous détenez !

Et vous comment faites-vous personnellement ?

Quels conseils donneriez-vous à un débutant pour gérer ses pertes en bourse ?

N’hésitez pas à apporter vos commentaires en bas de l’article et à me poser vos questions, je me ferai un plaisir d’échanger avec vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *